SAVOIR REVIVRE - JACQUES MASSACRIER - 1973
SAVOIR REVIVRE - JACQUES MASSACRIER - 1973
SAVOIR REVIVRE - JACQUES MASSACRIER - 1973
SAVOIR REVIVRE - JACQUES MASSACRIER - 1973
SAVOIR REVIVRE - JACQUES MASSACRIER - 1973
SAVOIR REVIVRE - JACQUES MASSACRIER - 1973
SAVOIR REVIVRE - JACQUES MASSACRIER - 1973
SAVOIR REVIVRE - JACQUES MASSACRIER - 1973
SAVOIR REVIVRE - JACQUES MASSACRIER - 1973
SAVOIR REVIVRE - JACQUES MASSACRIER - 1973
SAVOIR REVIVRE - JACQUES MASSACRIER - 1973
SAVOIR REVIVRE - JACQUES MASSACRIER - 1973

SAVOIR REVIVRE - JACQUES MASSACRIER - 1973

€29,90 EUR Soldes Économisez
29

Le livre culte de Jacques Massacrier, réédité 50 ans plus tard, n’a jamais été autant d’actualité !

Entièrement calligraphié et dessiné à la main, ce livre est un bijou graphique, une bible de l’autonomie. Tous les sujets de la vie quotidienne sont traités, se loger, fabriquer ses objets quotidiens, se nourrir, se vêtir, se soigner, etc .. Indispensable dans chaque bibliothèque ! Continuons le travail de Jacques en suivant les enseignements de ce précurseur idéaliste et visionnaire.

  • format 21 x 31 cm
  • 200 pages

« À quoi bon lancer des cris d'alarme contre la société de consommation et contre la pollution qui en résulte, si nous continuons à faire vivre les industries qui nous empoisonnent et épuisent les ressources naturelles de notre planète ? N’usons pas le peu d'oxygène qui nous reste à crier notre désarroi. Allons plutôt réapprendre à vivre en se passant du produit de ces industries et retrouvons, au contact de la nature, les bases d'une véritable échelle des valeurs. Certes, nous aurons du mal à nous passer complètement des produits manufacturés, nous avons accumulé trop de vilaines manies pendant des générations. Mais imaginons une production industrielle qui se limiterait aux choses essentielles. Pas facile de les déterminer puisque nous avons précisément perdu la notion de l'essentiel! Mais mettons nos connaissances en veilleuse et méditons sur leur utilisation. Reconsidérons les éléments primordiaux de notre existence. » Jacques Massacrier

      À quoi bon lancer des cris d'alarme contre la société de consommation et d'industrialisation, contre la pollution qui en résulte, si nous continuons à faire vivre les industries qui nous empoisonnent et épuisent les ressources naturelles de notre planète !

      Pourquoi entretenir les mauvaises herbes qui étouffent les légumes de notre jardin ?

      Dans le tumulte de la foule indifférente des grandes cités, on ne perçoit plus les plaintes, alors n'usons pas le peu d'oxygène que nous reste à crier notre désarroi.

      Allons plutôt réapprendre à vivre en se passant du produit de ces industries et retrouvons au contact de la nature les bases d'une véritable échelle des valeurs, devant le merveilleux équilibre biologique nous pourrons mesurer l'immensité du désordre de notre société.

      Certes, nous aurons du mal à nous passer complètement de ces produits manufacturés, nous avons accumulé trop de vilaines manies pendant des générations.

      Peut-être ne faudrait-il pas éliminer une production industrielle dans un intérêt commun et limité aux choses essentielles, mais comment les déterminer puisque nous avons précisement perdu la notion de l'essentiel ?

      Mettons nos connaissances en veilleuse, allons méditer sur l'opportunité de leur utilisation. Reconsidérons les éléments primordiaux de notre existence.

      Il faut avoir un puit pour connaître la valeur de l'eau… Il faut faire pousser un arbre pour hésiter avant d'en abattre un autre… Il faut savourer les légumes de son jardin pour savoir à quels succédanés nous étions accoutumés… Il faut couper son bois pour retrouver devant sa cheminé la véritable sensation du confort… Il faut confectionner ses propres vêtements pour ne plus avoir envie de subir les caprices de la mode… Il faut regarder vivre les animaux et les insectes avant d'exterminer quelques soit-disant "nuisibles"… Il faut retrouver la santé du corps et de l'esprit pour réaliser le plaisir de vivre et celui d'aimer.



      Chaque année, des centaines de milliers de gens prennent conscience de la stérilité de leur vie sociale, éprouvent le pressentiment des grands bouleversements ou des cataclysmes qui n'épargnent que les peuples primitifs et ils partent pour réapprendre à vivre organiquement dans la nature.

      Cette nature que la pluspart ont seulement abordée en vacances et en week-end, ceux qui n'ont jamais fait pousser qu'un haricot dans un coton humide à l'école communale, ceux qui voudraient bien construire un mur mais qui ne connaissent pas les proportions pour faire du ciment, ceux qui ont toujours pensé qu'il fallait un coq dans un poulailler pour que les poules puissent pondre, ceux qui sont désemparés lorsqu'ils n'ont pas de médecin pour soigner le moindre malaise, ceux qui s'imaginent qu'il faut être tailleur pour confectionner des pantalons ou boulanger pour faire du pain…

      …Ce livre leur est destiné, il leur apprendra des choses simples et élémentaires, les éléments de base qui sont généralement formulés d'une manière trop complexe pour les "non-initiés" dans les ouvrages spécialisés, des recettes et conseils divers recueillis auprès de ceux qui ont vécu l'aventure en s'échappant des villes ; ils ont appris eux-même à revivre avec la nature et nous proposent dans ce livre les solutions aux difficultés qu'ils ont éprouvées.

      En fait, il s'agit de remplacer le plus possible les produits du commerce par ce que l'on peut faire facilement soi-même, il ne faut pas espérer pouvoir vivre d'un jour à l'autre sur sa propre production mais on peut rapidement réduire au stricte minimum ses besoins financiers (surtout ceux qui vivent en communauté).

      En retournant près de la nature, nous contribuons à la protéger, nous réintégrons notre élément naturel et cessons de collaborer avec une société dont la vitalité est basée sur le gâchis. Nous sommes peut-être les pionniers d'une grande migration vers un monde meilleur qui est à notre porte.

      L'Homme s'obstine à inventer l'Enfer dans un monde paradisiaque.

      Jacques Massacrier est né à Paris en 1933 . Il a fait des études d’arts graphique et d'arts appliqués.Il a été directeur artistique à l’agence Publicis Champs-Élysées de 1953 à 1968. Invité à Ibiza par des amis pour les fêtes de Noël 1968, il a été séduit par la beauté de la nature, la gentillesse et la tolérance de la population, à l’époque, essentiellement rurale. Parisien, il abandonne tout en 1969 pour aller vivre avec sa famille en pleine nature. Ils louent une vieille ferme perdue dans la campagne et vivent pendant 17 ans sans eau courante, et sans électricité. En 1973, il publie chez Albin Michel un livre illustré "Savoir revivre" sur le retour à la nature qui obtient à l’époque un énorme succès. On lui fait l’honneur de la couverture de Paris Match et il a de nombreuses interviews dans les médias. Depuis, il a écrit près de soixante romans et nouvelles et une autobiographie.